Le manque de fer, ou anémie ferriprive, est une forme de carence en fer qui touche énormément de personnes. Habituellement, un régime alimentaire adéquat est suffisant pour combler nos besoins en fer. Alors, pourquoi souffrons-nous souvent de cette carence?

La carence en fer survient lorsque l’apport alimentaire est insuffisant ou que les pertes ou les besoins en fer sont augmentés. 

Il existe deux types de fer; le fer héminique contenu dans la viande et le poisson (absorbé de 5 à 35%) ainsi que le fer non héminique provenant des végétaux et des œufs (absorbé seulement de 1 à 5%). Ce qui explique pourquoi les végétariens nécessitent un apport en fer plus important.

Les sportifs et les femmes sont aussi à risque d’avoir une carence en fer. Normalement, un homme a besoin d’environ 9 mg de fer par jour alors que la femme nécessite environ 16 à 18 mg par jour. Et contrairement à ce que l’on pense, les aliments qui sont dits «riches en fer» contiennent généralement entre 2 à 6 mg de fer.  Oubliez aussi le mythe de la mélasse!  Trop peu de fer pour le sucre ingéré. 

Pourquoi avoir un apport adéquat en fer? 

Le fer joue un rôle dans la formation d’hémoglobine (globule rouge) et il est responsable du transport de l’oxygène dans l’organisme. Par conséquent, un déficit entraine une diminution de l’apport d’oxygène dans tous les organes (cerveau, poumons, cœur, foie, reins, muscles, etc.). Il en résulte alors plusieurs symptômes tels que : fatigue, maux de tête, étourdissements, troubles de la concentration, vertiges, pâleur, difficultés respiratoires, palpitations, diminution de la force musculaire, diminution de la régulation thermique, etc. 

Il est essentiel de consommer une quantité suffisante de fer afin de maintenir un état de santé équilibré. Pour améliorer votre apport en fer,  il est conseillé de consommer des aliments riches en fer et des produits contenant des suppléments en fer tel que le Revive + Végé. De plus, il est important de combiner la prise de fer avec de la Vitamine C, car celle-ci augmente l’absorption du fer au niveau des intestins. 

 

COMITÉ D'EXPERTS SANTÉ NUX SCIENCES

 

 

Third report of the world nutrition situation. Geneva : ACC/SCN, 1997 ; 111 p.
Looker AC et al. Iron deficiency – United States, 1999–2000. Morb Mortal Wkly Rep 2002;51:897–899
Galan P et al. Determinig factors in the iron status of adult women in the SU.VI.MAX.study. Eur J Clin Nutr 1998;52:383–388
Beard JL, Dawson H, Pinero DJ. Iron metabolism: a comprehensive review. Nutr Rev 1996 ; 54 : 295-317.
Siegenberg D, Baynes RD, Bothwell TH, et al. Ascorbic acid prevents the dose-dependent inhibitory effects of phenols and phytates on non-heme iron absorption. Am J Clin Nutr 1991 ; 53 : 537-41.
McPhail P, Bothwell TH. The prevalence and causes of nutritional iron deficiency anemia. In : Fomon SJ, Zlotkim S, eds. Nutritional anemias. Nestlé nutrition workshop series, vol. 30. New York : Raven Press, 1992 : 1-12
Jacques Berger, Jean-Claude Dillon. Stratégies de contrôle de la carence en fer dans les pays en développement. Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé. 2002;12(1):22-30

 

10 secondes suffisent pour obtenir votre consultation gratuite et commencer votre objectif de remise en forme du bon pied. Allez-y!

Prénom & Nom *
Prénom & Nom
Téléphone *
Téléphone

Comment